201711.21
0

Mise à jour économique – 21 novembre 2017

dans Budget

Les faits saillants de la mise à jour économique

  • La baisse du fardeau fiscal des contribuables est confirmée, elle prendra forme dès l’année fiscale 2017 avec la réduction du taux pour le premier palier d’imposition, de 16 % à 15 %.
  • La baisse d’impôt doit représenter 1 000 $ pour un couple dont les deux personnes ont des revenus de travail de 44 050 $.
  • Le montant de 100 $ pour les familles pour chaque enfant d’âge scolaire et pour l’achat de fournitures est également confirmé à partir de l’année scolaire en cours, et sera versé en janvier 2018.
  • Le développement économique des régions profitera de 660 millions $ en plus sur six ans :
    • 90% des Québécois devraient avoir accès à Internet haute vitesse grâce à 367 millions $ pour déployer des infrastructures numériques performantes et accessibles dans toutes les régions du Québec;
    • 300 millions $ de plus seront directement consacrés au développement économique de toutes les régions.
  • Des nouvelles mesures du Plan de lutte contre la pauvreté, pour un total de 2,6 milliards $ pour la période se terminant en 2023, essentiellement pour :
    • Bonifier les prestations d’aide financière de dernier recours et du programme Objectif emploi;
    • Favoriser l’incitation au travail;
    • Faciliter l’inclusion sociale des personnes en situation de faible revenu.
  • 630 millions $ sont injectés en santé sur six ans pour :
    • Améliorer les services auprès des aînés en établissement;
    • Offrir une amélioration des services en santé mentale aux clientèles vulnérables;
    • Prévenir les dépendances, par exemple au cannabis.
  • L’éducation et la petite enfance reçoivent 337 millions $ sur six ans, notamment pour la stratégie visant les enfants de 0 à 8 ans :
    • 125 millions $ pour appuyer la qualité éducative dans les services de garde et favoriser l’égalité des chances pour tous les jeunes enfants;
    • 212 millions $ pour recruter 500 spécialistes dans les écoles, dont des orthophonistes et des orthopédagogues.
  • L’enseignement supérieur se voit attribuer 107 millions $ additionnels, aussi sur six ans, pour améliorer le soutien aux étudiants ainsi que leur réussite et leur intégration.
  • Le ministre des Finances a également annoncé qu’un projet de réforme du régime de la taxe scolaire serait dévoilé au courant des prochaines semaines.

Quelques faits saillants sur les finances publiques et l’économie du Québec :

  • Les comptes publics affichent un excédent de 2,4 milliards $ pour 2016-2017;
  • L’équilibre budgétaire est confirmé pour une deuxième année consécutive;
  • La croissance du PIB réel s’est établie à 1,4 % en 2016 et sera de 2,6 % en 2017.

Mise à jour économique - L'analyse de Vincent Marissal

Vous avez dit « classe moyenne »?

1000 $, très précisément 1000 $. C’est le montant de la diminution d’impôts qu’offre le gouvernement Couillard aux contribuables québécois de la classe moyenne, selon la mise à jour économique dévoilée le 21 novembre 2017, à moins de 10 mois du début de la prochaine campagne électorale.

Ce montant d’allègement fiscal et la cible électorale visée vous disent quelque chose ? Normal, c’est pratiquement un papier carbone des engagements préélectoraux pris par la CAQ de François Legault depuis des mois déjà. Le ministre des Finances, Carlos Leitão, ne cherche pas à cacher son intention de sauter à deux pieds sur le terrain électoral de la CAQ. C’est simple : un couple avec enfants qui gagne entre 88 100 $ et 125 000 $ par année économisera entre 1000 $ et 1066 $. On ajoute en plus que les parents recevront 100 $ pour chaque enfant pour couvrir les dépenses de fournitures scolaires, un poste budgétaire familial qui ne cesse d’augmenter et auquel le Parti québécois s’est attardé depuis plusieurs mois.

On le sait, la CAQ a le vent dans les voiles, au point d’être en position de former un gouvernement majoritaire, selon les derniers sondages, et les libéraux ont bien compris le message.

La défaite, le mois dernier, lors de l’élection partielle dans Louis-Hébert a accentué le sentiment d’insécurité dans les rangs libéraux. En privé, certains ministres et députés disent depuis quelques semaines que ce surplus budgétaire inespéré (en taille, du moins) représente une planche de salut en vue du scrutin d’octobre prochain. En plus, le ministre Leitão aura une nouvelle occasion de jouer une autre carte cruciale, lors du dépôt de son prochain budget, au printemps prochain. La bonne performance économique du Québec laisse croire que M. Leitão jouira alors d’une appréciable marge de manœuvre.

D’ici là, il y en a presque exclusivement pour la classe moyenne. Outre les baisses d’impôts, le gouvernement annonce des investissements pour améliorer l’accessibilité aux soins de santé et pour l’embauche de spécialistes dans les écoles, deux mesures qui devraient aussi plaire aux contribuables. Ces deux annonces reprennent également les priorités exprimées par les partis de l’opposition.

On ouvre par ailleurs la porte à une réforme de la fiscalité scolaire, un autre irritant pour les familles, en particulier celles vivant dans les municipalités qui connaissent un boom démographique.

Surplus budgétaires, loi sur la laïcité de l’État, réinvestissement en santé et en éducation, dépôt du projet de loi sur la vente légale de cannabis, fin de grands travaux (le CHUM, notamment), lancement prochain de grands chantiers (le REM, notamment) et renouvellement de conventions collectives : le gouvernement Couillard met résolument la table pour les prochaines élections.

Les sondages à venir reflèteront l’intérêt des Québécois à renouveler le bail des libéraux pour quatre ans. Les résultats des élections à Montréal et la grogne des « X » envers la classe politique confirment toutefois une forte volatilité électorale, ce qui, par définition, est imprévisible.